Lettre ouverte à Jean Paul Regnault, membre Les Républicains de Villeurbanne

regnault
Image Lyon Mag

Monsieur Regnault,

Je lis vos publications sur le réseau social Facebook. Vos opinions politiques sont opposées aux miennes, ce qui est l’exercice normal de la démocratie. Je comprends aujourd’hui que vous n’ayiez pas pour Macron une immense sympathie. Mais je considère qu’aujourd’hui, vous avez franchi la ligne jaune. Voici l’objet de ma colère :

Screenshot_20170425-141302

Vous avez publié ce dessin à 14 h ce mardi 25 avril 2017. Trois heures avant, le président de la république, le premier ministre, le ministre de l’intérieur et de nombreux membres de corps constitués ont prononcé un hommage vibrant à ce policier qui a donné sa vie pour protéger des gens comme vous et moi.

Je suis glacé d’effroi par le fait que vous n’ayiez pas imaginé que le jour n’était pas le moment le mieux choisi pour faire ce genre d’humour. Emmanuel Macron et d’autres responsables politiques ont eu la dignité que vous n’avez pas eu en publiant ce dessin sur votre mur Facebook. Parmi eux figurait de nombreux élus de votre formation politique :  Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, Gérard Larcher,…

Je veux bien comprendre que l’heure est à la campagne électorale. Pour avoir milité pendant de nombreuses années dans un parti politique dont quelques années à Villeurbanne, je sais que le combat politique est parfois rude et que tout est sujet au débat démocratique.

Mais il y a des moments où le débat démocratique doit faire une pause. L’hommage de toute une nation à ce policier mort dans l’exercice de son devoir méritait autre chose que ce dessin à l’humour douteux. Vous qui avez été candidat pour l’UMP à des élections locales ne pouvez pas l’ignorer. Vous me répondrez surement par la célèbre phrase de Pierre Desproges – On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui – mais les circonstances de cette journée solennelle faisait que, selon moi, nous devions tous être à la hauteur de cette homme qui d’une manière sacerdotal a donné sa vie pour notre sécurité.

Permettez-moi de vous dire qu’aujourd’hui, vous avez été en dessous de tout.

Publicités

Mais qui va garder les enfants ?

En 2007, Laurent Fabius avait fort peu élégamment posé la question à propos de Ségolène Royal lorsque cette dernière avait annoncé sa candidature à l’investiture socialiste en vue des présidentielles de 2007. Il avait fait l’unanimité contre lui. C’était malheureusement un exemple parmi tant d’autres du sexisme en politique.

Or ce 30 décembre 2016, le responsable Les Républicains à Villeurbanne a posé la même question cette fois à propos de Najat Vallaud-Belkacem. Boris Vallaud investi dans les Landes, son épouse Najat dans la 6ème circonscription du Rhône, Jean-Wilfried Martin, le discret et peu charismatique élu LR a cru intelligent de poser la question « Mais qui va garder les enfants ? ».

screenshot_20161230-120145.png

Dès lors, il y a deux possibilités, laisser cet individu dans l’anonymat dans lequel il aurait dû rester ou alors se dire que c’est le genre de propos à ne pas laisser passer. Il m’a paru important de dénoncer ce genre d’attitude.Il y a fort à parier que Jean-Wilfried Martin n’aurait jamais posé la question si le candidat aux législatives à Villeurbanne avait été un homme. Mais il est vraisemblablement important de faire parler de la droite villeurbannaise qui est plutôt discrète en dehors des questions de sécurité et leur position en faveur de la vidéosurveillance.

Pour en revenir à la misogynie en politique, on se souvient des séquences qui donnent une piètre image de la politique comme la réaction de certains hommes lors de l’apparition de Cécile Duflot en robe à l’assemblée nationale. Je pense me faire le porte-parole de nombreux représentant de la gent masculines en disant que je ne parviens pas à m’habituer à ce type de comportement. Nous sommes au XXIème siècle et on est en droit de penser que ce type de comportement  devant les caméras des chaines parlementaires est légitimé devant ceux qui assistent à ce spectacle pitoyable. Et si de tels comportements sont répétés au niveau local, on est en droit de penser que la confiance des français à l’égard de notre personnel politique, déjà bien entamée, va s’effondrer.

La campagne électorale pour les législatives ne fait que commencer. Visiblement, elle démarre de bien mauvaise façon. Pour l’instant, ce tweet misogyne de Jean-Wilfried s’apparente plus aux propos que peut tenir un vieil oncle libidineux qui a consommé plus que de raison de l’apéritif anisé. Il est encore temps de relever le niveau. Mais vu que la candidate, ministre de l’éducation nationale, incarne plus que tout candidat socialiste rhôdanien le bilan du gouvernement sortant, on est en droit de penser que Najat Vallaud-Belkacem va avoir fort à faire au cours des prochains mois.

 

 

 

 

C’était le 1er mars 1943 à Villeurbanne

square-deportesLe 1er Mars n’est pas une date comme les autres à Villeurbanne. C’est en effet un jour de commémoration et de recueillement. En effet, le 1er Mars 1943, 300 hommes ont été raflés puis déportés vers le camp de concentration de Mathausen.

Pendant l’Occupation, les hommes ont été soumis au S.T.O. par l’occupant nazi. En région lyonnaise, cette obligation d’aller travailler en Allemagne faisait l’objet d’incidents de la part de réfractaires.

En réponse à ces incidents, des soldats de la Wehrmacht aidé par la Milice française boucle un quartier allant de la Place Grandclément jusqu’au cours Émile Zola (au niveau de l’actuelle station Flachet). Trois cents hommes de 16 à 60 ans sont arrêtés puis parqués au Café Jacob, à l’angle de la place Grandclément et du Boulevard Eugène Réguillon.

vign_sur-la-place-grandclement-le-cafe-jacob-marque-d-une-croix
Le Café Jacob où les hommes ont été rassemblés est marqué d’une croix rouge

120 hommes sont libérés. Les 180 autres sont parqués dans la cours du pensionnat de l’Immaculée Conception. Puis, c’est au départ de la Gare de Villeurbanne voisine qu’ils sont dirigés vers les Camps d’internements français. Les sources divergent. Selon certaines sources, les prisonniers sont dirigés vers Drancy et Pithiviers. Pour d’autres, c’est vers Compiègne qu’il transiteront. Plus tard, ils seront déportés vers les Camps de Concentration nazis de Buchenwald, Dachau et Mathausen.

De ces 180 déportés, seuls 63 hommes reviendront de l’enfer de la Déportation. 15 mourront dans les mois qui suivirent leur retour.

En 2003, la municipalité de Villeurbanne fera poser une plaque commémorative à la Gare de Villeurbanne.

gare de villeurbanneplaque commemorative

En cet année de commémoration de la victoire des Alliés contre la barbarie nazie, il convient de ne pas les oublier.

Je suis Zemorda Khelifi

578392977portrait-zemordaLe février 2015, doit se tenir une réunion des identitaires à l’espace Tête d’Or à Villeurbanne. Les positions de ce mouvement étant contraire à la démocratie faisant passer le Front National pour des Bisounours, une élue EELV de Villeurbanne, Zemorda Khelifi a demandé au maire de Villeurbanne d’interdire cette réunion publique. La réaction des identitaires ne s’est pas fait attendre. Un mail d’une rare violence a été reçu par EELV Villeurbanne :

Sujet : ZEMORDA KHELIFI
A l’attention de Z. KHELIFI !:
POUFIASSE !!
Tu n’a pas le droit d’ interdire les actions des Français de souche! ILS SONT CHEZ EUX, ILS FONT CE QU’ILS VEULENT. !!!
ET ILS NE SONT PAS OBLIGES A OBEIR A UNE SALE ARABE QUI PROFITE DE LA GENEROSITE DES FRANCAIS DE SOUCHE ET DE LA FRANCE !!
SALE ARABE ! LA FRANCE N’EST PAS A TOI, ELLE EST AUX FRANCAIS DE SOUCHE !
SALE ARABE !! TU VA QUITTER LA FRANCE OU TU VA MOURIR !*
SALE ARABE !! NOUS REMPLISSERONS TA SALE BOUCHE ARABE AVEC DU PORC !
SALE ARABE !! NOUS TE FERONS BOIRE DU SANG DU PORC ; NOUS REMPLISSONS TES VISCERES DU SANG DU PORC – ET APRES SEULEMENT TU CREVERA CRIBLEE DE BALLES PATRIOTIQUES !
SALE ARABE !! PARS OU MEURS !LES BALLES DANS TA TETE DE SALE ARABE !!
SALE ARABE !! LA VALISE OU LE CERCUEUIL !!!

Les termes employés dans le mail sont à l’images du climat ambiant. Les actes visant les juifs et les musulmans ont augmenté de manière exponentielles depuis le début de l’année. Quand on connait les positions des Identitaires d’Alexandre Gabriac qui, à coup d’occupation de chantier de mosquée, de slogans « 732 génération identitaire », allusion à l’année où Charles Martel arrêta les arabes à Poitiers ou de saluts nazis, crient leur haine de tout ce qui n’est pas français, blanc et catholique, la violence inouïe de ce mail n’est pas très étonnante. Dans une interview à l’émission « Le Supplément » de Canal +, Alexandre Gabriac rappelait qu’il se rendait chaque année sur la tombe de Benito Mussolini et après un long silence, expliquait tout la sympathie qu’il avait pour l’Allemagne nazie.

nuits-identitaires-mosquee-presse

Il m’est insupportable qu’une élue de la république soit menacée de quelle façon que ce soit. Villeurbanne est une ville qui compte de très nombreuses communautés. Nous réussissons le vivre-ensemble. La demande de cette élue d’interdire une réunion de ce mouvement dont les thèses sont contraires à la républiques, est légitime. J’adresse mon salut le plus républicain à Zemorda Khelifi.

Adieu Monsieur Basket

alain gillesLa nouvelle est tombé ce 18 novembre. Alain Gilles, figure emblématique du Basket français et du club de Villeurbanne est décédé à l’âge de 69 ans. Si aujourd’hui, l’ASVEL est le club le plus titré du basket français, il doit beaucoup à Alain Gilles, que Raphaël de Barros, emblématique président de l’ASVEL fit venir du voisin roannais. 8 des 17 titres ont été obtenu avec le barbu portant le n°4. Ce numéro et d’ailleurs été retiré après la retraite successive d’Alain Gilles et de Delaney Rudd. Le dernier titre de « Monsieur Basket » fut obtenu en 1981. Il était depuis 1980 entraîneur-joueur. Il fallu attendre 2002 pour que le club de Villeurbanne renoue avec la victoire dans l’élite.

Je vous propose de visionner cette vidéo de la Fédération Française de Basket-Ball consacré à Alain Gilles.

Les hommages commencent à affluer. Le président du club de Villeurbanne, Tony Parker a exprimé sa tristesse.

 

Le club a exprimé également sa peine.

Aujourd’hui, l’ASVEL, Villeurbanne et le basket français viennent de perdre un grand monsieur. Adieu Monsieur Basket.

Jean-François Copé à écrit « Promis, j’arrête la langue de bois ». Qu’attend donc Jean-Wilfried Martin ?

JWMM. Jean-Wilfried Martin,

Si j’étais condescendant, je dirais : »Évitez d’être hautain, et vous verrez… » mais comme ce n’est pas mon cas…A vous lire dans les réseaux sociaux, on se demande comment faisait le paysage politique villeurbannais avant Jean-Wilfried Martin. Les problèmes n’étaient pas identifiés, les habitants n’étaient pas écoutés, mais heureusement Jean-Wilfried Martin apporte des solutions…

Sérieusement, qu’en tant que tête de liste de l’opposition, vous soyez offensif à l’égard de la majorité sortante est l’ordre normal des choses. C’est le jeu démocratique. Mais votre côté donneur de leçon non seulement à l’égard de Jean-Paul Bret mais également à l’égard de nos gouvernants est risible !

Entendons nous bien : je ne me permettrais pas de mettre en doute votre légitimité de candidat. Mais pratiquer la langue de bois à longueur de tweet ou de tract me semble un peu léger. Pas de proposition concrète ou si peu…A part la mise en place de la vidéoprotection à Villeurbanne et tripler les effectifs de la police municipale…que Jean-Paul Bret avait déjà doublé…suite à la suppression de la police de proximité par Nicolas Sarkozy.

Parfois, vous nous balancez des lieux communs sur des sujets :

A d’autres moments, on a le droit l’autoflagellation concernant votre campagne :

Visiblement ce tweet relève de la méthode Coué. On se doute bien que vous faites une campagne de proximité et que vous êtes à l’écoute. En revanche, de quels problèmes avez -vous été saisi et quelles solutions avez vous proposé ? Nous n’en saurons pas plus !

Par contre, vous êtes passé maître dans l’art de la critique. Critique du gouvernement car curieusement, vous n’êtes pas très loquace à l’égard de Jean-Paul Bret.

Et aujourd’hui alors que je soulignais que la luminosité de la place Charles Hernu n’était probablement pas la principale des priorités des habitants (J’ai habité ce quartier quatre ans), vous m’avez répondu avec condescendance : « vous êtes bien loin des préoccupations des villeurbannais. soyez un peu à l’écoute et vous verrez … ». Je verrai effectivement quelles propositions vous faites pour Villeurbanne. J’attends pour cela votre deuxième tract car le premier est un monument de langue de bois….

Jean-Wilfried Martin : enfin un document de campagne…

JWM 2Euh…quand je dis « enfin », c’est façon de parler.

Je consacre une nouvelle fois un billet à Jean-Wilfried Martin, candidat UMP aux municipales. J’avais déjà évoqué son utilisation particulière des réseaux sociaux. Faute d’avoir eu des détails de son programme pour les élections municipales, j’attendais, non sans une certaine impatience, un document de campagne.

Jean-Wilfried Martin, pour ceux qui ne le connaissent pas, est à la politique villeurbannaise ce que Benoist Apparu était au gouvernement précédent. Un jeune loup prometteur qui se sent obligé d’en faire des tonnes, même si son activité débordante se limite aux réseaux sociaux. Sur Twitter, il signale sa présence à des évènements avec le hashtag #JWM2014 même quand il se rend à des évènements qui n’ont rien à voir avec la campagne comme les cérémonies du 11 novembre ou un match du VHA. Je l’ai croisé à l’inauguration de la promenade de la gare et en vérité, il fallait être observateur pour s’apercevoir de sa présence tant c’est un personnage discret.

Mais revenons au document de campagne. Il s’articule sur cinq axes, où, bien évidemment, la majorité socialiste – il a perdu de vue que le PS a des partenaires – a lamentablement échoué. Le tout sous forme de questions orienté agressivement contre le gouvernement ou la majorité municipale.

Les impôts

JWM cite le chiffre de « +77 % d’augmentation du montant moyen des impôts locaux ». Sa source ? l’association CANOL qui rassemble des contribuables sensés lutter contre le gaspillage de l’argent public.  Curieusement, l’Observatoire du Forum pour la Gestion des Villes et des Collectivités Territoriales établit que la taxe d’habitation a augmenté de 2% par an entre 2007 et 2013, tandis que la taxe foncière a augmenté de 3,3% par an. Qui croire ?

La propreté

Voici la question que pose JWM sur son tract est la suivante :

JWM

7 villeurbannais sur 10 trouveraient leur ville sale. Cette fois la source est l’opération « Les Villeurbannais ont la parole », qui, d’une part, n’est pas un sondage, mais une consultation, qui, d’autre part, a été lancé par…l’UMP de Villeurbanne. Comment obtenir des statistique s qui vous arrangent ? Fabriquez-les vous même !

L’emploi

La crise économique frappe la France. Les plans sociaux se succèdent mais Jean-Wilfried Martin a la solution : « mettre en place une politique attractive pour attirer les emplois dans notre ville ». Comment fait-il ? Une politique de développement urbain, économique, durable et social pour que les moteurs de l’innovation et du progrès générateurs de vrais emplois tournent à plein ». C’est à dire ? Vous en avez de ces questions !…

Les déplacements

Il s’engage à développer les transports en commun non pas en « sanctionnant les automobiliste » (sans « s » puisque le correcteur d’orthographe est défaillant) « mais en proposant des alternatives crédibles après une large concertation ». Vous vous posez comme moi quelles sont ces alternatives ? Réponse après la concertation, car, bien entendu, l’UMP de Villeurbanne, au contraire de la majorité socialiste, associera réellement les villeurbannais – merci de ne pas rire – aux décisions qui concernent leur quartiers.

La sécurité

Ce sujet, cher à l’UMP, n’échappe pas à JWM. Notre super-héros sera le garant de la lutte contre les violences aux personnes et des attaques aux biens privés ou publics. Rien que ça ! Alors que les effectifs avaient déjà été doublé par Jean-Paul Bret suite à la suppression par Nicolas Sarkozy de la police de proximité, JWM se propose de les…tripler. Et bien entendu d’installer un reseau de vidéoprotection, qui est, comme chacun sait, la panacée en terme de lutte contre l’insécurité.

 

Jean Wilfried Martin, sur son tract ou sur les réseau sociaux, se dit assailli par l’exaspération, la déception des villeurbannais mais nous démontre de réelles aptitudes en…langue de bois.