Merci Gilbert

gilbert-chabrouxLe matin du jeudi 7 décembre, je me trouvais à la Salle Raphaël de Barros. De nombreuses personnes de Villeurbanne ou d’ailleurs, étaient, comme moi, venus rendre un dernier hommage à Gilbert Chabroux. Notre ami Gilbert aura animé la vie politique de Villeurbanne pendant plusieurs décennies. Son intégrité, sa droiture, son implication forçait l’admiration. Et c’est sans surprise que son hommage a fait salle comble tant cet homme faisait l’unanimité.

Tout au long de sa vie politique, il a su se montrer exemplaire et à entendre les intervenants lors de la cérémonie d’obsèques, également au cours de sa vie personnelle et professionnelle. Si nous étions beaucoup à partager la sincère émotion de Didier Vullierme, c’est parce nous avons pu observer lors des différentes étapes de la vie politique locale et nationale que Gilbert Chabroux, était une parole qui comptait. Bien des fois, il était le sage que tout le monde écoutait avec attention tant il savait peser chaque mot quand d’autres se laissaient aller à des considérations claniques. En 2006, toutefois, son intervention n’avait pas suffi à éviter l’aventure dissidente d’un de nos élus. C’est dire si la situation était inextricable.

Si il a abandonné ses mandats en 2004 à la fin de son mandat de sénateur du Rhône, il n’a pas pour autant cessé d’être au côté de ceux qui lui ont succédé, de Pascale Crozon à Najat Vallaud-Blekacem en juin dernier, en passant bien sûr par Jean-Paul Bret, qui lui à succédé comme maire de Villeurbanne et qui a rendu un vibrant hommage à celui qui l’a accompagné durant trois décennies.

A titre personnel, même si le tutoiement est de rigueur au parti socialiste, je n’ai jamais pu tutoyer Gilbert Chabroux, tant j’étais intimidé par lui. Gilbert s’est éteint le 1er décembre. Il laisse un énorme vide dans les rangs socialistes, dans la vie villeurbannaise et à l’Astroballe, où il n’a pas manqué beaucoup de match de l’ASVEL, ce club qui doit à Gilbert Chabroux sa pérennité.

A Madeleine, son épouse et à ses proches, j’adresse mes plus sincères condoléances.

Adieu Monsieur Chabroux. Adieu Gilbert.

Publicités

Merci Najat

IMG_1577Bien sûr, comme beaucoup d’entre nous, tu dois être extrêmement déçue. Mais, si cruelle est la défaite, elle est annonciatrice du début de quelque chose. Comme le disait René Char « Le réel quelquefois désaltère l’espérance, c’est pourquoi, contre toute attente, l’espérance survit ».

Merci Najat de nous avoir transmis ta combativité que personnellement je n’avais constaté que par médias interposées. J’ai pu la constater de visu lorsque tu es allée au contact des villeurbannais. De combativité tu avais besoin, tant l’adversité a été forte pendant cette élections. Adversité de par le nombre des candidats, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, en passant par le parti chrétien-démocrate ou le parti animaliste qui espérait attirer l’électeur avec la photo d’un petit chat. Adversité tant ta forte personnalité était clivante. Nous t’avons logiquement épargné les propos insultants que nous entendions sur les marchés ou sur les affiches. Adversité à gauche tant le candidat de la France Insoumise et ses militants relayait la stratégie nationale qui constater à « bouffer » du socialiste.

IMAG0263

Merci de nous avoir facilité la tâche en étant un cran au-dessus des autres candidats lors des débats dans les médias. Tu as fait face à un candidat qui n’avait aucune idée de la loi qu’il souhaitait mettre en place si il était élu et dont le titre de gloire est d’avoir déjà licencié des salariés. Un autre n’avait de programme que le livre publié par son mouvement. Une autre n’avait même pas le soutien de son parti ce qui n’a pas empêché son chef de parti de fanfaronner une fois annoncé ta défaite.

Screenshot_20170619-143301

Merci d’avoir, à tout moment, rendu hommage aux petites mains qui ont participé à leur campagne. Tu as reconnu que si les militants ne sont rien sans candidat pour les porter, un candidat n’est rien sans militant pour défendre sa candidature, pour coller des affiches (jusqu’à 23 h 55 le vendredi précédent le scrutin), pour boiter, etc….

Merci enfin de nous laisser entrevoir des lendemains meilleurs qu’aujourd’hui ce qui, force est de constater, ne sera pas difficile. Nous comptons sur toi pour prendre ta part dans ce qui sera l’avenir de ce qui fait le ciment de nos convictions. Des convictions dont tu as fait preuve, chevillée au corps.

Je tenais également à associer à ces remerciements Didier Vullierme, ton suppléant, qui s’est dépensé sans compter à tes côtés.

IMG_1543

Je voterai Najat Vallaud-Belkacem

NVB-fondecranDimanche prochain aura lieu les élections législatives. Même si j’ai quitté il y a quelques années le Parti Socialiste par lassitude et par certaines pratiques, j’ai décidé de m’engager dans la campagne de la candidate socialiste Najat Vallaud-Belkacem.

Je dois vous concéder qu’au début de la carrière politique de Najat Vallaud-Belkacem, j’étais non pas sceptique mais je demandais à être convaincu. Au fur et à mesure de son parcours mes doutes se sont estompés.

Et puis, dans mon activité de blogueur, j’ai eu à prendre la défense de Najat Vallaud-Belkacem. Il faut d’ailleurs que vous sachiez que lorsque vous appréciez NVB, il vaut mieux ne pas regarder ce qu’on dit sur elle sur les réseaux sociaux. Elle est particulièrement clivante. Ceux qui ne l’aiment la détestent vraiment. Je ne compte plus les insultes sexistes et/ou racistes.

Et je l’ai récemment rencontré à l’occasion de tractage sur les marchés villeurbannais. J’ai pu mesurer sa force de conviction, le contact facile dont elle fait preuve. Sans compter l’énergie dont elle fait preuve. Une énergie dont elle a bien besoin pour réexpliquer les mesures qu’elle a prises en tant que ministre de l’éducation nationale visiblement mal comprises. Le tout entre deux selfies…

IMAG0307

De plus, ses adversaires sont – certes nombreux (18) – mais objectivement un ton en-dessous de Najat. Les débats télévisés (TLM ou France 3) l’ont montré.

Bruno Bonnell, favori des sondages grâce à la Macromania, se revendique de la société civile. Très médiatisé via son entreprise Infogrames, il a fait fortune dans les jeux vidéos. Comme son mentor Emmanuel Macron, il est visiblement difficile d’émettre une critique à son égard sans s’attirer les foudres de ses partisans. Ses prestations lors des différents débats médiatiques ne m’ont pas bouleversé. La candidate LR/UDI, Emmanuelle Haziza, n’est pas soutenu par les responsables LR de Villeurbanne. Et pourtant, elle en aurait bien besoin, vu son côté un peu effacé. De plus, elle a une élocution hésitante, un comble pour une avocate. Le candidat de la France Insoumise, qui a aussi peu de prestance que son adversaire LR, a comme unique argument de campagne, « l’avenir en commun », le livre-programme de Jean-Luc Mélenchon. Il y a également le candidat FN, qui, au-delà de de ses opinions, est fantasque – euphémisme – et s’était fait remarquer il y a quelques années par des caricatures racistes. Il y a beaucoup d’autres candidats représentant un large panel  de l’échiquier politique : EELV, Debout La France, un candidat DVD soutenu par le PCD, Lutte Ouvrière, etc…

Je ne terminerai pas ce billet sans un mot sur le suppléant de Najat Vallaud-Belkacem, Didier Vullierme, un ami de longue date qui est un allié précieux pour notre candidate dans cette campagne.

Alors, les 11 et 18 juin 2017, je voterai Najat Vallaud-Belkacem