Bienvenue dans le monde merveilleux d’Emmanuel Macron !

bruno_bonnellJe commence vraiment à me poser la question : est-il possible de critiquer Emmanuel Macron ? Depuis l’émergence de la macronmania, je ne m’explique pas l’ampleur de l’admiration dont font preuve les partisans du président de la république, Emmanuel Macron.

J’ai eu maille à partir avec des sympathisants LREM sur plusieurs sujets. J’ai commis le crime de lèse-majesté en critiquant l’incritiquable. Et j’ai reçu une volée de bois vert en retour. Je m’en remettrai ! Mais ça pose quand même question sur la possibilité d’émettre une critique envers un mouvement dont la promesse était « une autre façon de faire de la politique.

La République en Marche se présentait contre le cumul des mandats. Pourtant, ça ne pose aucun problème que son délégué général soit également secrétaire d’état chargé des relations avec le parlement. Christophe Castaner, qui est au charisme ce que Nadine Morano est à l’intelligence, est membre du gouvernement et chapeaute le principal groupe parlementaire. Dans un pays où règne une stricte séparation des pouvoirs… L’argument avancé par le premier ministre est faiblard….

« Moi, je pense qu’il est tout à fait capable d’exercer ces deux fonctions. […] Il n’y a aucune règle juridique qui interdise » (ce cumul)

Édouard Philippe, premier ministre

Dans le Rhône, l’un des premiers poids lourds à avoir rejoint Emmanuel Macron est Gérard Collomb, qui, du temps où il était socialiste, faisait la pluie et le beau temps dans la métropole. C’est visiblement également le cas maintenant qu’il est à la République en marche. Nommé ministre de l’intérieur en mai 2017, il a fallu organiser la macronie dans le Rhône. C’est un membre de sa famille qui est devenu secrétaire, président, délégué, pardon… référent LREM dans le Rhône. Au détour d’une publication sur Facebook, j’ai osé dire que je trouvais étrange que Caroline Collomb, l’épouse du Ministre de l’intérieur soit nommé responsable du parti dans le département. Mal m’en a pris. Même si je n’ai à aucun moment prononcé le mot « népotisme », j’ai été taxé de sexiste. On m’a objecté que toute femme pouvait avoir de l’ambition politique…

Plus tard, invité des Grandes Gueules, une émission sur RMC, le député de Villeurbanne, Bruno Bonnell était l’invité du Grand Oral. Oui, RMC est coutumier des appellations un peu pompeuses.

Je suis content que vous posiez cette question parce qu’on n’entend que ça, le pouvoir d’achat ! Comme si la vie se résumait au pouvoir d’acheter. […] Je voudrais aller un peu plus loin que ça car c’est important. En France, les gens sont soignés, ils peuvent aller à l’école, vous n’avez pas de trous sur la route… Si vous vous contentez de regarder uniquement l’argent qu’il y a dans la poche des gens et que vous vous définissez par rapport à ce pouvoir d’achat, par ce pouvoir d’acheter, vous oubliez quelque chose d’autre qui est la qualité de la vie.

Bruno Bonnell, 9 février 2017, RMC

Si je ne reproche pas à M. Bonnell d’avoir gagné (beaucoup) d’argent – c’est un ancien chef d’entreprise – j’ai trouvé ces propos particulièrement méprisants. Il y a beaucoup de français pour qui le pouvoir d’achat est au centre de leur préoccupation. Ça n’a évidemment pas plu. Mon ancienne secrétaire de section, passé par le Parti Socialiste, le Modem, l’UDI et maintenant LREM, dénonçait le procès d’intention fait à Bruno Bonnell. Quand je lui ai manifesté mon désaccord, elle a ajouté : « Je ne crois pas non plus que les mieux placés pour critiquer soient ceux qui n’ont rien fait quand ils étaient aux commandes. Suivez mon regard. » Evidemment, quand on est au Modem sous Sarkozy et à l’UDI sous Hollande, il est beaucoup plus facile d’avoir ce genre de posture. Quoiqu’il en soit, quand on a dû mal à joindre les deux bouts ou comme disait Coluche « Les fins de mois sont difficiles surtout les trente derniers jours », on ne pense pas forcément de prime abord aux droits dont nous disposons en France.

Alors, bien sûr, Romain Blachier, pour qui je conserve une certaine estime, peut m’objecter : « tu peux aussi militer pour tes idées et pas contre les autres ? essaie. ». C’est effectivement ce que je fais. Je milite de nouveau dans le parti où je suis arrivé en 1993. Mais, Mesdames et Messieurs de LREM, acceptez la critique, faites que mon député ne soit pas inexistant à l’assemblée nationale, et si vous prétendez incarner une autre façon de faire de la politique, passez de la parole aux actes…

 

 

 

Publicités

Bruno Bonnell : au boulot ?

bonnell
Copyright Assemblée Nationale

Le journal Capital a publié le classement de l’activité des députés. 572 députés ont donc été sondés selon plusieurs critères : présences en commission, interventions en commission, interventions dans l’hémicycle, et le nombre d’amendements proposés. Le bilan des députés du Rhône n’est guère reluisant. Si Anne Brugnera tire son épingle du jeu (146ème), beaucoup de députés rhodaniens sont dans le ventre mou et deux députés sont au-delà de la 550 place. La palme revient à Bruno Bonnell, député de Villeurbanne, classé antépénultième de ce classement. 

Quand on va sur le site de ce député, on peut y lire :

 

« La première responsabilité du député est de voter le cadre législatif français. Il a des obligations de travail en commission, d’auditions et de présence dans l’hémicycle, particulièrement intense dans cette première partie de mandature où de nombreuses lois transformatrices sont en discussion. »

Il semblerait que Bruno Bonnell soit passé outre cette responsabilité. Un comble pour celui qui prétendait « mettre le bordel à l’assemblée ». De plus, le député de la 6ème circonscription a selon son site internet orienté son mandant sur trois axes : l’emploi, la sécurité et le handicap. Ce sont des sujets éminemment importants et qui méritent que notre député se penche sur cette question. Pour autant, on est en droit de s’étonner que Bruno Bonnell ait choisi la commission des affaires étrangères qui ne traite d’aucun des thèmes qu’il privilégie. Ceci expliquerait donc que Bruno Bonnell n’ait honoré cette commission qu’à 16 reprises en 6 mois et n’y soit intervenu qu’une seule et unique fois…

Il est cocasse de se souvenir qu’en août 2017, Bruno Bonnell a émis la proposition de permettre aux députés de voter à distance pour être plus présents en circonscription. Il semblerait donc que notre député ait préféré passer du temps dans notre belle ville de Villeurbanne.

Il semblerait que Bruno Bonnell fassent partie de ces députés qui trouvent que le rythme imposé aux députés soit un peu élevé… Il déclare effectivement « A Noël, il va y avoir beaucoup d’ultimatums familiaux, genre ‘si tu y retournes, je te quitte’. On va avoir des surprises en janvier. Il y a un conflit entre la vie familiale et la politique telle qu’elle est conçue aujourd’hui. ». Y’a eu un ultimatum entre son adversaire aux législatives, Najat Vallaud-Belkacem et son mari Boris Vallaud, classé 14ème de ce classement ?

En juin 2017, sur le plateau de TLM, lors du débat de l’entre-deux-tours, Bruno Bonnell n’était pas en mesure de donner une mesure qu’il défendrait s’il était élu le dimanche suivant. On voit que l’inspiration n’est toujours pas venue depuis son élection…

 

Les Insoumis : Allons nous être obligés de supporter ça ?

mélucheJe ne jamais eu beaucoup de sympathie pour Jean-Luc Mélenchon. Condescendance, agressivité, démagogie, irrespect : les dernières semaines m’ont hélas conforté dans cette opinion.

Dès son entrée dans l’hémicycle, galvanisé par la présence de caméra et entouré de sa garde prétorienne, il a aperçu le drapeau européen au dessus du perchoir de l’assemblée.

On est obligé de supporter ça ?

 » On est obligé de supporter ça ? ». C’est tout ce que cet individu a trouvé à dire à son arrivé au Palais Bourbon.

On peut aisément concevoir qu’il puisse être anti-européen mais sa remarque était grotesque. Jean-Luc Mélenchon a été député européen pendant 8 ans, on peut supposer qu’il a dû être confronté quasi-quotidiennement au drapeau bleu aux douze étoiles jaunes sans que cela le dérange. Mais la tentation de la démagogie était trop grande…

Et puis il y a eu l’élection du président de l’assemblée nationale. Lorsque Bernard Brochand, le doyen d’âge de l’Assemblée Nationale a proclamé la victoire de François de Rugy au perchoir, les députés de tous les bancs de l’Assemblée Nationale se sont levé pour applaudir le nouveau président. Les députés de la France Insoumise, n’ont pas jugé bon de féliciter François de Rugy. François Ruffin étant assis juste à côté du nouveau président, les caméras n’ont pas pu louper le député de la Somme les yeux rivés sur son smartphone.

ruffin de rugy

Même attitude de la part de Jean-Luc Mélenchon.

méluche

Côté vestimentaire, les Insoumis se sont fait également remarquer. Passe encore l’absence de cravate. Mais, on aurait pu éviter les baskets Converse dans l’hémicycle. Ils ont beau être insoumis, un minimum de tenue est exigée.

insoumis converse

Il y avait des sans-culotte, il y aura maintenant des sans-cravate

Jean-Luc Mélenchon

Bref, on a beau s’autoproclamer « Insoumis », on peut avoir un minimum de respect des institutions politiques. Mais la médiatisation de ce mouvement, la nécessité de continuer à exister après la déferlante « En Marche », la nature populiste de Jean-Luc Mélenchon ont fait le reste. Et depuis, les députés de la France Insoumise nous offre ce spectacle navrant…