Rauqel Garrido à la conférence de presse à Matignon : un curieux mélange des genres

Raquel Garrido est une des têtes d’affiche de la France Insoumise. Pendant les campagnes présidentielles et législatives, elle était la porte-parole du mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Comme le veut la joute électorale, elle a été très virulente à l’égard de tous ceux qui ont le malheur de ne pas être d’accord avec elle. Rien de choquant par rapport à ça.

En juillet, l’animateur Thierry Ardisson dévoilé les noms des chroniqueurs qui participeront à la déclinaison dominicale de son émission « Salut les Terriens », « Les Terriens du Dimanche ». Là non plus, rien de choquant. Comme le rappelait Romain Blachier sur Facebook, Raquel Garrido est chroniqueuse et non journaliste. Ce qui ne l’empêche pas de participer à une émission tout en ayant une activité partisane. D’autres politiques ont d’ailleurs cette année comme Jean-Pierre Raffarin, Henri Guaino, et quelques autres.

Ce qui me pose problème, c’est que Raquel Garrido a obtenu une accréditation pour participer à la conférence de presse d’Édouard Philippe.

Comment peut-on un jour se présenter à Matignon comme Raquel Garrido, d’une émission de télévision et le lendemain

Il y a là un mélange des genres. De deux choses l’une : soit on est journaliste et on participe en tant que tel à une conférence de presse, soit on participe au débat démocratique. Certes de nombreuses personnalités sont passés de la politique au médias (Roselyne Bachelot,…) ou des médias à la politique (Noël Mamère, François Baroin, Dominique Baudis, …) mais le mélange des genres n’est pas souhaitable. Est-ce que Raquel Garrido, parfaitement identifiée « France Insoumise » posait sa question au nom de sa formation politique ou au nom du média qu’elle disait représenter à la conférence de presse d’Edouard Philippe et Muriel Pénicaud. On est en droit de se poser la question…

Publicités

Coup de gueule d’un germanophile

allemagne

Depuis Stalingrad, les allemands aurait dû comprendre que la neige, c’est pas pour eux !

Un allemand qui n’a qu’une étoile, c’est louche

Dans l’émission de Thierry Ardisson, Salut les Terriens, l’humoriste Gaspard Proust faisait sa chronique et évoquait l’accident du pilote allemand Michael Schumacher et la chute à ski de fond de la chancelière allemande, Angela Merkel.

J’ai commencé l’allemand en 1985 et depuis cette date, je me suis pris de passion pour ce pays. Et à chaque fois que j’entends parler de ce pays, les clichés les plus navrants reviennent. En effet, à ce moment, j’ai l’impression que l’histoire de ce pays se limite à la période 1933-1945.

Nous avons les moyens de vous faire parler !

Quand on entend cette phrase, généralement prononcé en hurlant, on a l’impression que c’est Adolf Hitler qui a inventé la torture.

Loin de moi l’idée de passer sous silence le passif historique qui existe entre nos deux pays. Je suis issu d’une famille juive et je suis attaché au devoir de mémoire. Mais enfin, tout de même, il serait temps, sept décennies après la capitulation allemande, de voir ce pays sous un autre angle. Sous l’angle par exemple que nous présente l’émission d’Arte, Karambolage, qui nous propose, chaque dimanche, un regard croisé entre nos deux pays.

J’ai beaucoup d’humour mais quand il s’agit de rire avec les clichés, c’est sans moi. C’est également valable pour les sketches de Michel Leeb qui enchainait les différents accents chinois ou africains…

Pour en revenir à l’Allemagne, pour ceux qui ne connaissent pas ce pays, sachez que ce sont des gens très accueillants qui ne hurlent pas leur langue et qui vivent dans un très beau pays. A bon entendeur,…