Les lacets de Montvernier

tdf15st18-lacets-de-montvernier-920La société organisatrice du Tour de France a mis fin au suspense. Le tracé très attendu a été dévoilé le 17 octobre 2017. Savoyard d’origine, je me suis intéressé au parcours du Tour dans le département de mes racines. J’ai eu le plaisir d’apprendre que la Grande Boucle allait emprunter une route qui m’évoque des souvenirs impérissables : les lacets de Montvernier.

Les images de ces virages que les vargnerins (les habitants de Montvernier) appellent « les voutes » a fait le tour du monde lorsque le tour de France a emprunté en 2015 cette route lors de la 18ème étape entre Gap et Saint-Jean-de-Maurienne.

Au début du XXème siècle, le projet de la construction d’une route est lancé afin de désenclaver les villages de Montvernier et Montpascal mais la construction ne débute qu’en 1931 puis devant la diffuculté, les travaux sont interrompus et reprennent en 1932. après 11 mois de travaux, la route est achevé en avril 1933.

Lorsque vous empruntez cette route, au pied des 18 virages, à la sortie du village de Pontamafrey, depuis 1995, les amateurs de via ferrata peuvent s’adonner à leur passion dans un cadre magnifique. Puis plus haut, vous pouvez admirer la chapelle Notre-Dame-de-la-Balme, qui a été construite bien avant la route, en 1863.

Cette route n’a plus qu’une vocation touristique et cyclotouristique (la Maurienne s’est autoproclamée « plus grande domaine cyclable ») depuis la construction de la route qui relie Hermillon à Montvernier via Le Châtel. Cette route est en effet plus large et plus praticable l’hiver. Mais elle est loin d’avoir le cachet des fameux lacets de Montvernier…

Je vous laisserai vous faire une idée lors de la 12ème étape du Tour du France 2018.

tdf 2018

 

Publicités

SFR : Un opérateur à éviter

Je suis abonné SFR depuis plusieurs années et je suis en ce moment sans Internet dû à un manque d’explication de l’opérateur SFR vis-à-vis de sa clientèle.

La boutique SFR m’a proposé de changer mon matériel. On m’a donc expliquer que en échange de l’ancien matériel, je recevrais le nouveau. J’appelle le service client pour savoir ce que je devais envoyer comme matériel. On m’a répondu que je devais envoyer mon matériel et les câbles d’alimentation. J’ai donc renvoyé TOUT mon matériel. Et quand j’ai reçu mon matériel, il n’y avait que le de décodeur.

J’ai donc demandé à ce qu’on m’envoie le reste. On m’a envoyé la box. J’ai téléphoné pour qu’on m’envoie le reste. Au bout d’une semaine, j’ai enfin reçu le câble optique. Effectivement, Colis Privé dispose de 5 jours ouvrés pour acheminer le colis. Lequel colis a mis 24 heures pour faire le trajet Villabé (Essonne)- Mions (69). J’ai téléphoné pour savoir comment on le branchait. On m’a alors dit qu’il fallait le brancher sur le boîtier fibre. « Quel boîtier fibre » ai-je demandé ? On m’a alors dit qu’on m’enverrait le boîtier fibre via « Colis Privé ».

Le boîtier fibre m’a été envoyé vendredi et selon le service après vente, je suis censé le recevoir mercredi 4 octobre.

Le mardi 3 octobre, je me préoccupe du devenir de mon colis. Je téléphone au service client de Colis Privé qui m’annonce ne pas avoir réceptionné mon colis. Un nouvel appel au SAV de SFR s’impose. Une première personne m’assure que je recevrai mon colis mercredi. Je lui objecte que je vois mal comment je recevrai mon colis demain si le transporteur n’a pas encore le colis en sa possession. Je raccroche pour trouver une personne mieux à même de comprendre le problème. Lors du deuxième appel, la personne m’annonce que je vais devoir attendre jusqu’à la fin de la semaine pour recevoir enfin mon colis.

Ça fait donc bientôt 2 semaines et demi que je suis sans internet, sans téléphone, sans télévision, sans interphone (couplé sur mon téléphone fixe). Je suis chez SFR pour le fixe et pour le mobile. Quand on paie près de 80 €/mois pour un opérateur, on est en droit d’attendre un service beaucoup plus performant…. Et quand on tombe sur un service après vente pareil, il est impossible de maîtriser ses nerfs (certains m’ont d’ailleurs raccroché au nez)

De plus, le SAV est vraisemblablement basé hors de nos frontières vu l’accent des personnes à qui j’ai eu affaire. (C’est dit sans aucune condescendance).

N’ayant aucune possibilité de résiliation, je suis actuellement contraint de surfer sur internet sur un écran de 5 pouces, de regarder la télévision sur un écran de 5 pouces, d’utiliser mon mobile pour les appels téléphoniques que je passe à mon domicile et si je reçois du monde, je suis obligé de regarder par la fenêtre, l’interphone étant couplé avec le téléphone.

Avec la panne de février, je suis à 38 jours sans Internet sur l’année 2017.

Cette situation est absolument inadmissible, inadmissible, Inadmissible.

Lettre ouverte à Prune Chanay


Chère Prune,

Il y a quelques semaines, tu as cru bon de relayer une rumeur vieille de 5 ans. Ne souhaitant pas redonner vie à cette rumeur, je n’en dévoilerai pas le contenu. Ce ragot concernant un sujet grave, il est évident que je n’ai pas bien vécu d’être sali de la sorte. J’aurai aimé que tu prennes le temps de vérifier un minimum.

Peu importe que les dernières fois que nous avons été en contact, tu aies fait preuve d’hystérisme.

Je passerai la fois ou tu m’a reproché de systématiquement défendre François Hollande. Oui, j’ai défendu François Hollande car j’en avais le droit comme tu avais celui de défendre la candidature de Benoît Hamon, pour qui, je dois te l’avouer, je ne me suis pas résolu à voter…

Je n’ai pas relevé quand tu t’es énervé car je me suis étonné de ne pas avoir reçu de tract dans ma boite aux lettres. Volontiers, tu t’es lancée alors dans une leçon de militantisme. Je m’étonne dans ce cas de te voir en photo à Condrieu pour la campagne de Jules Joassard alors que nous livrons un combat difficile à Villeurbanne et que tu brilles par ton absence depuis le début de la campagne. Une absence dont je ne me plains pas. Je préfèrerais me faire arracher une jambe sans anesthésie que de te croiser dans la rue.

J’ai été blessé une première fois, quand tu as appris que j’étais au chômage, tu m’as répondu : « Je dois sortir les mouchoirs ». Une réponse étonnante pour quelqu’un qui donne volontiers des leçons à ceux que tu considères comme traitres aux valeurs de gauche.

J’ai été horriblement blessé à nouveau, quand tu as cru bon de relayer une rumeur concernant un sujet grave. Nous avons de nombreuses connaissances communes. Ce genre de rumeur peut se propager rapidement. Je t’en veux terriblement de ne pas avoir pris la peine de vérifier l’information ce qui n’aurait pas été difficile et qui m’aurait évité d’être l’objet de suspicion, inévitable dans le cas de rumeur. Je suis étonné qu’une femme plutôt intelligente comme toi ait autant manqué de jugement.

A entendre tout ce que a pu me dire, je pourrais dire que tu as besoin d’être internée, mais mes parents m’ayant donné une bonne éducation, je me garderai de le dire et même de le penser.

Pour finir, je te laisserai méditer sur les trois filtres de Socrate :

socrate

Dès lors, j’espère que nos chemins ne se croiseront plus. Les rues de Villeurbanne ont deux trottoirs. Chacun le sien. Merci donc de te tenir loin, loin, loin de moi…

Montvernier, la terre de mes racines

xdkcg7lew4ckwco8wogsoow-lacets-de-montvernier-2Ce petit village savoyard qui compte aujourd’hui – après une expansion démographique monumentale –  230 habitants, est depuis des siècles le fief de ma famille paternelle.

Il y a quelques jours, le monde entier a découvert ce que les vargnerins appellent « les voûtes » : les lacets de Montvernier. En effet, le Tour de France, épreuve cycliste médiatisée dans le monde entier, a emprunté les dix-huit virages qui mènent à ce village qui mène, en dehors de l’agitation des 23 et 24 juillet 2015, une existence paisible.


Ces fameux lacets, je les emprunte à chaque fois que je me rends dans la maison paternelle. Il m’est impensable de ne pas emprunter cette route pour me rendre à Montvernier. Cette route très étroite, où on espère qu’aucune voiture n’arrivera en face. Cette route, qui a nécessité 6 ans de travaux entre 1928 et 1934, remplace un chemin muletier et fut pendant quelques décennies le seul accès goudronné au village de Montvernier.

Après avoir « gravi » la fameuse route vous arrivez dans ce village qui a su préserver son côté pittoresque et où le temps semble s’être arrêté. Au centre du village trône l’église Saint-Côme-Saint-Damien. Récemment rénovée, elle égraine le temps chaque heure et devient un cauchemar si vous avez le malheur de souffrir d’insomnie, car elle vous rappelle chaque demi-heure que les demi-heures, les heures passent.

Sur le côté de la mairie se trouve le four à pain communal où ma grand-mère faisait cuire son pain toutes les trois semaines. Quand le pain était cuit, toute la famille se retrouvait autour d’une table pour déguster la « chichole », qui consiste à tremper du pain dans du vin sucré.

Et puis, le paysage permet de nombreuses balades comme ce sentier qui longe le capricieux torrent de la Ravoire, rafraichissant quand, en plein été, vous recevez les embruns dans la figure. Ça c’est à la descente.

Torrent_de_la_Ravoire_13-r90Ça c’est à la descente. Mais si vous voulez monter, vous pouvez allez jusqu’au col du Chaussy, franchi lui aussi par les coureurs du tour de France. Vous pourrez admirer la chapelle du Chaussy.

chapelle_chaussy_en_ete_[site_pm]Et puis si vous aimez la bonne chère, dans le coin, vous avez de quoi faire. Vous pourrez acheter les diots de choux ou les pormoniers à la Boucherie Marceau à la Chambre, le Beaufort ou la Tomme de Savoie à la coopérative laitière, toujours à la chambre, déguster les fameux crozets, des pâtes typiquement savoyardes.

Voilà, c’est mon pays, auquel, vous l’avez remarqué, je suis attaché. Allez-y, et vous comprendrez pourquoi….