Jean-Luc Mélenchon dépasse les bornes

melenchon_france_insoumiseJean-Luc Mélenchon, dans une réunion publique à Marseille, a accusé Bernard Cazeneuve, de s’être « occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse ». 

Fort logiquement, celui qui était ministre de l’intérieur en 2014 quand une grenade a tué un manifestant de la ZAD de Civens a porté plainte contre le candidat de la France insoumise.

Il est de notoriété publique que Jean-Luc Mélenchon, habile tribun, multiplie les effets de manche dans ces meetings, qu’il apparaisse en chair et en os ou virtuellement via un hologramme. Il a bâti son ascension politique sur cette brutalité, cette agressivité. Et comme il a une très haute opinion de lui même, il est convaincu d’avoir raison.

Que ces propos soit peu amènes à l’égard du président et du gouvernement, que ce soit l’actuel ou le précédent, nous y sommes habitués. Mais là, JLM ne peut pas tenir de tels propos. On peut comprendre qu’il considère que le ministre de l’intérieur porte une responsabilité dans ce drame mais on ne peut pas imaginer une seule seconde que Bernard Cazeneuve ait pu commanditer cet « assassinat » (Je laisse à JLM qualifier la mort de Rémi Fraisse comme il veut). Sans parler de la famille Fraisse qui doit assez peu apprécier que la mort de Rémi soit utilisée à des fins électorales.

Nous avons assisté à l’évolution populiste de Jean-Luc Mélenchon depuis quelques années. Même s’il s’en défend, son évolution est similaire à Marine Le Pen. Pendant la campagne des présidentielles, peu importait que leurs programmes respectifs soient coûteux et creusent les déficits. Même défiance à l’égard de l’Europe ou des organisations internationales comme l’Otan.

Et puis, encore convaincu de son bon droit, Jean-Luc Mélenchon s’est parachuté dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône. Sénateur de l’Essonne jusqu’en 2010, il s’est présenté aux législatives en 2012 face à Marine Le Pen dans le Pas-de-Calais, puis aux Européennes dans la circonscription du Sud-Ouest.

mélenchon

JLM a évacué d’un revers de la main sa nouvelle implantation électorale en répondant que « les circonscriptions n’appartiennent à personne ». Dont acte. Si il ne voit pas le problème de changer trois fois en sept ans d’implantation électorale, tant pis pour lui. Ce sera aux marseillais de juger… Et son plus fidèle lieutenant, Alexis Corbière justifie autrement l’arrivée de JLM dans les Bouches-du-Rhône :

corbière

Son dérapage populiste, son attitude à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, son parachutage dans les Bouches-du-Rhône pour les élections législatives, vont conduire – si ce n’est pas déjà fait – à son isolement politique. L’avenir nous le dira…

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s