Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite est mort : vive le roi !

Roi-arabie-saoudite_decedee-300x288Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite est décédé vendredi dernier à l’âge de 90 ans. Son pays est incontournable dans la région. D’ailleurs, de nombreux chefs d’état – dont François Hollande – ont déjà gagné Riyad pour assister aux funérailles du souverain gardien des deux saintes mosquées. On peut d’ailleurs supposer que le fait que ce pays renferme les plus grosses réserves mondiales de pétrole y soit pour beaucoup pour cette affluence des grands de ce monde en Arabie Saoudite.Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, et des chefs d’État du Golfe ont assisté au funérailles d’Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud qui ont eu lieu vendredi, la religion musulmane prévoyant qu’elles aient lieu rapidement après le décès. Le prince Charles, le président américain ainsi que le chef de la diplomatie iranienne rendront visite à la famille royale d’Arabie Saoudite.

Ces visites des chefs d’État cachent une réalité beaucoup moins reluisante. Les droits de l’homme sont régulièrement bafoués dans ce pays. La communauté internationale se mobilisent en ce moment pour le blogueur Raif Badawi condamné en mai 2014 à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir créé le forum de discussion en ligne « Libérez les libéraux saoudiens ». Une pétition est en ligne sur le site d’Amnesty International. L’absence de liberté d’expression n’est pas la seule atteinte aux droits de l’homme en Arabie Saoudite.

Contrairement à ce qu’exprimait Christine Lagarde, les droits des femmes sont quasi-inexistant et le rapport du Forum Économique Mondial place l’Arabie Saoudite à la 131ème place sur 135 pour l’égalité entre les sexes.

lagarde

Par exemple, chaque femme doit être accompagnée d’un « gardien » masculin qui est soit son père, son époux ou son frère. Celui-ci peut prendre des décision en son nom comme l’autorisation de voyager, d’étudier ou de travailler. Les femmes ne peuvent pas être en présence d’homme dans les restaurants et les transports en commun ou certains lieux publics comme les parcs ou les plages.Les femmes doivent porter une abaya (longue robe noire couvrant tout le corps) et cacher leurs cheveux. Elles peuvent se faire arrêter si elles sont dans un véhicule conduit par un homme n’étant pas un employé ou un homme de sa famille.. Rien n’interdit les femmes de conduire mais pour conduire, il faut un permis de conduire et celui-ci ne leur est pas accordé.

Le royaume n’autorise aucun parti politique. Aucune loi ne protège la liberté d’expression et il est interdit de critiquer le gouvernement, l’islam ou la famille royale. La presse saoudienne est étroitement contrôlée et les articles sur les dissidents sont interdits. La censure saoudienne est considérée comme l’une des plus répressives au monde et le pays bloque une grande partie de l’internet.

Aucune religion autre que l’Islam n’est autorisé en Arabie Saoudite. La conversion d’un musulman à une autre religion est passible de la peine de mort.

Quant aux droits LGBT, ils sont inexistants. Il est interdit d’avoir des relations homosexuelles sous peine de risquer la peine capitale.

Le cas de Raif Badawi met l’index sur la sombre réalité des droits de l’homme en Arabie Saoudite. Mais les intérêts économiques prennent le pas sur des considérations plus humaines. Le baril de pétrole vaut certainement beaucoup plus que les droits de l’homme.

Pour finir un peu d’humour avec la chronique de Sophia Aram sur la mort du roi Abdallah…

 

Publicités
Cet article, publié dans Politique, Société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s