Il y a 40 ans, l’IVG : une avancée pour les femmes mais…

veil violenceCette année, nous célébrons les 40 ans de la loi qui a légalisé l’IVG. Hasard du calendrier, il y a concomitance entre cette date anniversaire et la  journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Ce hasard du calendrier nous montre qu’en terme de droit des femmes, beaucoup a été fait mais beaucoup reste à faire.

Il y a 40 ans, Simone Veil arrachait à une assemblée en partie hostile la légalisation de l’IVG dans notre pays. Il s’agissait de permettre une pratique qui se réalisait dans des conditions sanitaires déplorables. La loi Veil à permis de réaliser l’avortement dans de bonne conditions avec des médecins rompus à cette pratiques et de permettre également un accompagnement psychologique nécessaire pour ces femmes qui décident d’avoir recours à ce geste loin d’être anodin, loin de l’expression « avortement de confort » régulièrement utilisée par le Front National.

Cette expression ‘avortement de confort’, c’est absolument dégueulasse

Elisabeth Badinter

La tentative du gouvernement espagnol nous a montré qu’une avancée pouvait être remise en cause. Personnellement, la simple vue des manifestant-e-s brandissant un cintre me remplissait d’effroi à l’idée que c’est l’outil qui était utilisé pour pratiquer un avortement.

C’est donc un anniversaire heureux mais si aujourd’hui une femme peut, en France, se prévaloir du droit à disposer de son corps, une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon ou mari. Une réalité qui occulte le concept de tyran domestique, ces hommes qui assoient leur autorité grâce à une violence physique et/ou psychologique et ce, dans tous les couches sociales de la populations. Certains chiffres font froid dans le dos, deux chiffres à prendre avec des pincettes, tant ce sujet fait l’objet d’une omerta.

Une femmes sur cinq à subi un harcèlement dans l’espace public, au vu et au su de tout le monde, allant de l’insulte à l’attouchement. De nombreuses vidéos sont là pour illustrer cette réalité. 200 000 femmes se déclarent victimes de violences conjugales. Là aussi, le chiffre est à majorer tant la peur qu’en-dira-t-on, des représailles fait que ces femmes osent en parler. Seules 10% osent porter plainte.

83 000 femmes ont été violées en 2013, ce qui correspond à 200 par jour. Sur ces 83 000, 1 275 l’ont été par leur propre conjoint. Même chose concernant l’exactitude de ces chiffres, de très nombreuses victimes n’osent pas en parler.

Alors, que vous soyez un homme ou une femme, ce combat est le votre, le notre, celui de toutes ces femmes qui subissent quotidiennement les violences de ceux dont le cerveau est commandée par leur taux de testostérone.

Ne nous taisons pas !!!

Publicités
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s