Quand allons-nous lui « foutre » la paix ?

Depuis quelques temps, une offensive médiatique a été lancée à l’encontre de Valérie Trierweiler. Qu’elle ne fasse pas l’unanimité est une chose, qu’on s’acharne sur elle en est une autre.

Tout commence par cette affaire du fameux tweet envoyé à Olivier Falorni, candidat opposé à Ségolène Royal dans la première circonscription de la Charente-Maritime, où elle soutenait le candidat dissident plutôt que l’ex-compagne de l’homme qui partage sa vie. On pouvait effectivement considérer que Ségolène Royal était parachutée dans une Charente-Maritime qui fait partie de la Région Poitou-Charentes qu’elle préside, mais qui est loin des ses Deux-Sèvres dont elle a été à quatre reprises la députée et même membre du Conseil Général. Quoiqu’il en soit, elle était la candidate officielle du PS.


Certes elle a commis ce jour-là une grave erreur politique, étonnant venant d’une journaliste politique qui aurait dû mesurer les conséquences politiques de son acte. Elle a fait, depuis, profil bas. Elle n’est pas intervenue dans le débat politique.

Valérie Trierweiler a toute légitimité pour avoir des griefs à l’égard de Ségolène Royal. Et vice-versa. Elle a le droit d’être jalouse. Elle n’intervient pas dans le débat politique, elle et le président n’étale pas leur vie privée dans les médias – les médias s’en chargent – elle ne mérite donc pas ce déchainement médiatique à son égard.

« Hollande qui a retrouvé une femme Valérie rottweiller. Et c’est pas sympa pour le chien, ça. » Lionnel Luca

Lionnel Luca qui a pris le relais de Frédéric Lefevre et de Nadine Morano, heureusement plus discrets qu’auparavant. Il a surnommé la première dame « Valérie « Rottweiler »  » en précisant que ce n’était pas très gentil pour le chien en question. Raffiné !  Nathalie Kosiusko-Morizet et Roselyne Bachelot ont immédiatement condamné. Sous prétexte de critiquer la première dame, c’est au président qu’on s’attaque. Cela montre à quel point l’opposition manque d’argument. Faute de pouvoir disposer d’éléments constructifs, la droite n’a vraisemblablement pas réussi à élever le niveau. Dommage !

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s